Star Wars Identities : choix de l'espèce

Un exemple de personnalisation de la visite : Star Wars Identities

Après avoir fait ses débuts au Centre des Sciences de Montréal à l’automne 2012, l’exposition Star Wars Identities est montrée en France, à la Cité du Cinéma (Saint-Denis) jusqu’au 10 juin 2014. Au-delà de l’aspect « grosse production » de cette exposition itinérante produite par une agence et non par une institution culturelle (ce qui explique notamment ses prix d’entrées exorbitants), je me suis intéressé au dispositif de personnalisation de la visite proposé. Attention : photos et observations prises entre deux explications à mon neveu de 6 ans.

À quoi ressemble ce dispositif ?

Star Wars Identities : décompte d'accès à l'exposition

Star Wars Identities : décompte d’accès à l’exposition

Avant d’entrer dans l’exposition, les visiteurs sont accueillis par de nombreuses hôtesses, installées dans une large borne, qui remettent les audioguides, ainsi que des bracelets. L’audioguide est constitué d’un disque de la taille d’une orange, rond et épais de 3 cm, à porter autour du cou. Il consiste principalement en une molette, qui permet de régler le son, équipée de deux boutons qui permettent de choisir la langue, français ou anglais. Une oreillette vient compléter l’objet. Il semble fonctionner grâce des capteurs infrarouges qui permettent d’entendre des pistes sonores lorsque les visiteurs pénètrent dans certaines zones de l’exposition, délimitées par un marquage au sol. En complément, un bracelet type « bracelet d’équilibre » est fourni. Il est équipé d’une puce NFC/RFID qui permet d’interagir avec les bornes réparties dans l’expo.

L’accès à l’exposition se fait par vagues, espacées d’au moins 5 min. Les visiteurs entrent dans un sas pour y assister à une projection qui présente le parcours de l’exposition à travers la destinée de deux des personnages principaux de la saga, Luke Skywalker et son père Anakin Skywalker (Dark Vador). L’exposition est constituée de 10 étapes (espèce, gènes, parents, culture, mentors, amis, événements, occupation, personnalité, valeurs), dans lesquelles les visiteurs découvrent à la fois l’univers de Star Wars (croquis préparatoires, anecdotes des tournages, costumes d’origine et éléments de décors, etc.) et une série d’informations qui mêlent génétique, biologie et psychologie autour de la question « Qu’est-ce qui constitue notre identité ? ». À chaque étape, le public est invité à répondre à quelques questions sur des bornes tactiles, après avoir présenté son badge devant un lecteur.

La dernière salle de l’exposition est équipée de hauts écrans de projection qui permettent de voir apparaître son personnage, résultat des réponses données au passage des étapes. Des bornes tactiles permettent d’envoyer son avatar par courriel. La sortie s’effectue par un couloir menant à la boutique, au passage duquel les visiteurs rendent leur équipement à une hôtesse, bien seule et coincée dans une étroite guérite, ce qui créé un bel embouteillage.

À quoi sert ce type d’installations ?

Ce dispositif, imposé aux visiteurs à l’entrée de l’exposition, est-il indispensable à la visite ? A priori, pas totalement car, s’il permet d’entendre la bande son des installations multimedias, il est surtout utile pour proposer au public une personnalisation de la visite. Les contenus de l’exposition sont les mêmes pour tous, mais les réponses que les visiteurs apportent aux questions qui leur sont posées permettent de dessiner les contours de leur identité, révélée à la fin de l’exposition. L’ensemble repose sur l’idée que nos vies sont influencées par nos choix, à l’image de Luke Skywalker qui décline la proposition de l’Empereur de rejoindre le côté obscur de la Force, là où son père Anakin succombe 20 ans avant, pour devenir Dark Vador.

L’exposition présente donc deux niveaux de visite : pour les fans de Star Wars, elle permet une immersion dans l’univers de la saga, s’inscrivant un dispositif transmedia tout à fait assumé. Pour les visiteurs intéressés par la dimension « identitaire », elle propose de « vivre une aventure » dixit le message d’introduction dans le sas d’entrée. Malheureusement, cette expérience ne dépasse pas vraiment le cap du test digne d’ouvrage de pop-psychologie… En outre, si l’exposition se veut adressée à un large public, les questions du parcours personnalisé me semblent peu adaptées aux plus jeunes : difficile pour les enfants d’y trouver un intérêt avant l’âge de 10-12 ans environ.

Star Wars Identities : mon avatar

Star Wars Identities : mon avatar

Malgré une qualité de production irréprochable, une scénographie impeccable rappelant l’univers de Star Wars sans en faire trop et des installations multimédias de qualité, cette exposition reste plus une attraction de parc à thème que le support d’un discours pédagogique. Bien qu’elle soit très correctement intégrée et plutôt bien menée, la personnalisation de la visite se révèle plutôt anecdotique et ne permet pas une réelle appropriation des contenus. Si la muséographie québécoise est reconnue pour la qualité de sa médiation, cette exposition n’en est pas le meilleur exemple.

10 réflexions au sujet de « Un exemple de personnalisation de la visite : Star Wars Identities »

  1. Muzeau Veronique

    Bonjour Sébastien
    Merci pour cet article intéressant. J’aurais aimé en savoir plus sur le fameux contenu du l’audioguide. Si j’ai bien compris, il se contente de proposer des choix au visiteur ? Ou y a-t-il tout de même des commentaires sur les personnages de SW, les références mythologiques ou autres ?
    Je viens de voir le passionnant documentaire d’Arte sur le succès de la saga Star Wars et ce contenu aurait pu servir de base à celui de l’expo (que je n’ai pas vue) est-ce (un peu) le cas ou pas du tout ?
    Merci
    Véronique

    Répondre
    1. Sébastien Magro Auteur de l’article

      Bonjour Véronique,

      À vrai dire, l’audioguide permet uniquement d’entendre les pistes sonores, il joue surtout le rôle de récepteur. Les choix sont donnés aux visiteurs par l’intermédiaire de bornes tactiles réparties dans chacune des 10 sections de l’exposition.

      Pour ce qui est du contenu, oui, il s’appuie globalement sur la saga : par exemple, la première question posée est le choix d’une « race » (humain ou l’un des nombreux aliens) issue de l’univers de Star Wars. Plus tard, on doit choisir une planète, puis un métier, des qualités intellectuelles basées sur les traits de personnalité des héros (voir la petite galerie photo). Le reste est plus généraliste, avec des données statistiques, biologiques ou psychologiques, basées sur le « monde réel », pas sur la saga.

      Sébastien

      Répondre
  2. Ping : Un exemple de personnalisation de la visite : S...

    1. Sébastien Magro Auteur de l’article

      I don’t know, the website currently says « Stay tuned, new cities coming soon », but I guess they can’t break away from planning a stop in the UK, can they?

      Répondre
  3. Ping : Les meilleurs teasers d’expos | Culture et Communication

  4. Ping : May the 4th be with you – Star Wars Identities | Sophie Lombard

  5. Ping : Musées | Pearltrees

  6. Ping : Léa Morazzani (morazzanil) | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s